Kin[optic]

  • Tutors : Yann Rocher + Galdric Fleury

Cette installation questionne la notion de composition et de fragmentation d’une image. Le balayage horizontal des ventilateurs possède ainsi une double fonction : il fragmente l’image projetté en altèrant ses propriétés (floue, ondulation) et il fragmente également le spectre lumineux de la projection. Agissant comme des prismes, les ventilateurs décomposent la lumière blanche.

La recomposition de l’image est assujettie à trois facteurs, à savoir, la vitesse des pâles (sélecteur de 1 à 3), l’angle de projection (positionnement des vidéo-projecteurs) et l’activation ou non de la fonction balayage.

Cette installation est un clin d’oeil aux balbutiements du cinéma dans la mesure où l’on retrouve cette vibration de l’image créée par le déroulement de la bobine, ce mouvement incessant, à la différence près qu’ici c’est le support qui le génère et non pas la machine de projection.